Skip to Content

Blog Archives

Mon enfant a du mal à accepter son enseignant

« La maîtresse ou le maître ne m’aime pas. Il me crie dessus, il me fait peur ! » Ces phrases, prononcées par les enfants, sont assez courantes lorsqu’ils sont mécontents de leurs enseignants. Et oui, cela peut arriver !

Bien que la rentrée n’ai eu lieu il n’y a que quelques semaines, parents et enfants ont déjà repris le rythme alliant activités scolaires et extrascolaires. Pour certains enfants, la rentrée fut agréable mais, malheureusement, pour d’autres, elle fut plus difficile. Certains enfants éprouvent un refus face à l’école et souvent, cela est dû à son rapport avec l’enseignant.

Que faire pour aider l’enfant à accepter son enseignant ?

1.Apprendre à l’enfant qu’il n’a pas besoin de l’amour de son enseignant pour apprendre

En effet, bien qu’une bonne entente professeur-éléve peut faciliter l’apprentissage, il est important de rappeler à l’enfant qu’il n’a besoin ni de l’affection ni de l’amour de son maître pour apprendre. Pour ce qui est de ces sentiments, vous êtes là pour ça, car ce sont vos bébés. Expliquez à votre enfant que son professeur est là pour les apprentissages et qu’il y a des règles différentes à l’école qu’à la maison. « Il/Elle vous apprend à lire et à écrire. Tu lui dois donc respect et obéissance ». En effet, c’est l’un des principaux pactes qui le lient à son enseignant.

2. Ne critiquez pas l’enseignant devant les enfants

C’est l’erreur à ne pas commettre ! Même s’il a donné une mauvaise note à votre bout de chou ou que vous même avez des différends avec l’enseignant, retenez-vous ! Les enfants ne manquent pas de ruse et s’ils sentent que vous êtes du même avis que lui, ils peuvent être insolants en classe, persuadés de bénéficier du soutien de leurs parents.

3.  Ne rentrez pas en conflit avec l’enseignant

Ou alors, le problème risque de devenir personnel et cela ne vous avancera à rien. Ce ne sont que neuf mois de scolarité et la mésentente ne remet pas en cause ses qualités de professeur. A l’inverse, essayez d’aller lui parler calmement en lui expliquant, s’il ne l’a pas vu, le malaise de votre enfant par rapport à lui. Egalement, demandez-lui comment votre enfant se comporte en classe, s’il participe, s’il est attentif… Bref, essayez de comprendre la cause de ce malaise ! Bien qu’il est primordiale de faire confiance à son enfant, le problème ne vient peut être pas de l’enseignant.

4. Et surtout… Ecoutez vos enfants !

Même si vous avez passé une pénible journée de travail. Si votre enfant souhaite vous parler, écoutez-le. En répondant absent à chaque fois qu’il essaie de se confier, vous pouvez involontairement aggraver la situation. Il se passe beaucoup de chose en une journée d’école et il est primordial d’en être informé afin de réagir à temps si besoin est ! Une école n’est pas qu’un maître ou une maîtresse, mais des conseils pédagogiques, des camarades de classes, des directeurs, des surveillants, des dames de cantines… Le tout pur un épanouissement maximum des l’élève, dans la majeure partie des cas.

Peut être avez-vous eu vous-même un enseignant que vous ne portiez pas dans votre coeur lorsque vous étiez élève… Essayez de vous souvenir comment vous avez surmonter cette épreuve et ne soyez pas avare de conseils pour vos enfants !

N’hésitez pas à nous partager votre expérience !

0 0 Continue Reading →

Coopération, la co-parentalilé peut conduire à une année scolaire réussie pour l’enfant.

Retour à l’école : une année scolaire réussie en gardant les deux parents impliqués

Le succès de l’enfant dans son année scolaire est une préoccupation majeure pour tous les parents. Avec le début de chaque année scolaire, les parents et les enfants sont confrontés à de nouveaux défis, et ce aussi bien pour ce qui se passe à l’intérieur qu’à l’extérieur de la salle de classe. À travers les rencontres avec des enseignants et des camarades de classe, l’adaptation à une nouvelle « routine » de la journée, et la réalisation des devoirs tous les soirs, les enfants sont soumis à de nombreuses situations qui leur indiquent que l’été tire à sa fin. De nombreux parents éprouvent le stress de retrouver cette période de transition, mais les parents divorcés ou séparés peuvent trouver cette période de l’année encore plus difficile à aborder. Une grande partie de cette anxiété découle de l’appréhension des difficultés de chacun à maintenir une implication réelle et équilibrée, mais ils oublient trop souvent qu’en prenant l’initiative de planifier cela à l’avance, ils seront plus en mesure de rester dans la boucle.

Garder les parents séparés impliqués dans la vie scolaire de l'enfant l'amènera à une année scolaire réussie.

Garder les deux parents impliqués au cours du retour à l’école, et tout au long de l’année scolaire, est utile au soutien et à la réussite de l’enfant à l’école. Avant la rentrée scolaire, les parents peuvent s’organiser avec un calendrier de projet pour l’année. Beaucoup d’enseignants ou d’écoles peuvent poster leurs plannings standards en ligne. Cette méthode va donc vous permettre d’interagir avec ces personnels, en tenant compte de leurs horaires de travail, et ce afin d’obtenir un aperçu de ce à quoi l’année scolaire va ressembler. Il sera dès lors possible de déterminer les horaires clefs pour la semaine, des week-ends et des différentes activités liées à l’enfant.

Pour garder les deux parents impliqués sur l’année scolaire de leur enfant, il est important d’organiser le planning et de le maintenir dans chacun des foyers co-parentaux. Autre point important, il est judicieux de tenir l’école informée de cette organisation co-parentale pour le bien-être de l’enfant. Le divorce ou la séparation peut être très difficile pour les enfants, ce qui peut les amener à créer des problèmes en salle de classe. Dans la mesure du possible, veiller à planifier un temps de rencontre entre les parents séparés et l’enseignant (ou le conseiller scolaire) de l’enfant pour faire savoir à ces acteurs du monde éducatif ce qui se passe à la maison.

Expliquer la situation peut aider l’enseignant à être plus sensible à toute conduite inadaptée de la part de l’enfant ou à d’autres questions en salle de classe. Les enfants vont passer la majorité de leur temps à l’école, face à des enseignants qui dans leur immense majorité se soucient du bien-être de leurs élèves et souhaitent donc être tenus au courant de ce qui les affecte.

La co-parentalilé peut conduire à une année scolaire réussie pour l'enfant

Par ailleurs, garder les deux parents impliqués dans la vie scolaire de l’enfant, va favoriser l’apprentissage de ce dernier et renforcer son désir d’aller en classe. Les parents montrant de l’enthousiasme à l’approche d’une nouvelle année scolaire auront un effet positif sur les enfants, et les aideront à s’impliquer dans la poursuite de leurs scolarités. En tant que parents, garder un lien de communication au jour le jour pour la scolarité de l’enfant et ses devoirs du soir, va permettre à chacun de se tenir informé de l’évolution de ses apprentissages.

Lorsque l’année est déjà bien entamée, vous pouvez organiser et commencer à planifier les futurs calendriers en ligne de vos enfants avec Family-Facility. Organisez vos plannings et insérez votre calendrier de garde sur notre plateforme Family-Facility, de sorte de toujours savoir où vous devez être. Pensez aussi à diffuser les horaires scolaires hebdomadaires et la documentation de votre enfant ainsi que les professeurs à contacter.

Pour conclure, on retiendra simplement que garder les deux parents impliqués dans les besoins éducatifs de l’enfant, va leur permettre de devenir de réels promoteurs des conditions favorables au vécu d’une bonne scolarité par l’enfant.

0 0 Continue Reading →