Skip to Content

Blog Archives

Conseils parents séparés : en voici 8 pour votre quotidien

Que des parents soient séparés ou non, ils restent tout de même des parents pour leurs enfants. Après la séparation, malgré les tensions qui peuvent subsister au sein de cette nouvelle organisation de vie, les parents doivent agir en adultes pour que le bien-être de l’enfant ne soit pas mis à mal et qu’il reste une priorité pour eux. Il peut cependant être difficile de faire des concessions et des compromis dans une situation de rupture conflictuelle.

C’est pourquoi nous proposons 8 conseils pour les parents séparés qui souhaitent garder une harmonie pour le bien de leur enfant.

Conseil parent séparé n°1 : Vous n’êtes ni un détective, ni une autruche.

Que vous soyez dans un système de garde alternée, ou bien de garde exclusive, il est nécessaire de ne pas faire subir à son enfant un interrogatoire sur ce qui c’est passé en détail durant la période de garde chez l’autre parent. A contrario, il ne faut pas non plus vous en désintéresser complètement. Le premier conseil pour parents séparés que nous proposons est celui d’être capable de trouver un juste milieu. Vous pouvez demander à votre enfant comme c’est passé la période chez l’autre parent sans émettre de jugements et ne pas faire de commentaires « néfastes ». Il est important que vous fassiez comprendre à votre enfant qu’il est libre et qu’il n’a pas à choisir son camp.

Conseil parent séparé n°2 : Un planning pour s’organiser.

Family Facility, avec son planning en ligne, vous permet de noter tous les soirs de garde, toutes les activités et événements qui sont liés à votre enfant. Avec l’application, vous, et le coparent, aurez une visualisation rapide et complète des journées de votre enfant. Si une modification doit être apportée pour cause personnelle ou professionnelle, il vous suffit de le notifier à l’autre parent.

Conseil parent séparé n°3 : Communiquer est le maître mot.

Même après la séparation, il est important de communiquer malgré les tensions. Il est nécessaire que vous gardiez en tête que la démarche que vous entreprenez de garder un contact avec votre ex-conjoint est pour le bien-être de l’enfant.

Une communication seine permet d’avoir un regard constant et bienveillant sur son enfant, que ce soit sa santé, son éducation, ses activités, voir dans le pire des cas, un problème lié à son comportement.

Il peut être parfois difficile de surmonter le passé, c’est pourquoi certains parents utilisent des méthodes dérivées pour communiquer ensemble tels qu’un « carnet de vie ». Ce carnet doit être rempli par chacun des parents durant leur période de garde et remis à l’autre afin qu’il y est un suivi constant sur le bien-être de l’enfant. D’autres méthodes existent telles que les e-mails, les SMS, etc.

Conseil parent séparé n°4 : Gardez toujours contact avec ses enfants.

Ce conseil pour parents séparés à l’air « bateau » mais va prendre tout son sens. Même lorsque votre enfant est en garde chez l’autre parent, il est important que vous l’appeliez, lui écrivez un message. Cependant, il est nécessaire de ne pas être envahissant et de faire croire que l’on surveille l’autre parent à distance. Le réel intérêt ici est de montrer que l’on pense à son enfant, même lorsqu’il n’est pas avec nous. Il est aussi important de ne pas interdire l’autre parent de communiquer avec son enfant durant sa période de garde alternée, il est même conseillé de proposer à son enfant d’appeler son autre parent de temps en temps.

Conseil parent séparé n°5 : Des règles communes, ou presque.

L’intérêt dans ce conseil pour vous, parents séparés, est de trouver un terrain d’entente sur des règles communes entre les deux maisons. Que ce soit des règles du quotidien, des devoirs scolaires, etc. L’objectif ici n’est pas d’avoir toutes les mêmes règles, car chaque parent va avoir un style différent, mais d’offrir aux enfants des horaires et des règles qui se ressemblent pour ne pas le déstabiliser, voir le perturber.

Conseil parent séparé n°6 : N’interdisez pas les « repères ».

Il est important que vous laissiez à votre enfant la possibilité de garder avec lui, dans son sac ou bien dans sa chambre, des photos de l’autre parent. L’objectif ici est que vous lui fassiez comprendre qu’on accepte qu’il ait une vie « partagée ». Le moment venu, lorsque vous vous sentez prêt, il serait même intéressant de passer du temps, même qu’un peu, les albums photos et ainsi partager avec quelques anecdotes sur les bons moments. Ici, il est important de montrer que, malgré que ses parents soient séparés, de bons souvenir restent de cette époque.

Conseil parent séparé n°7 : Ménagez votre enfant.

Que vous soyez dans un système de garde alternée ou bien exclusive, on oubli tout de suite les « au revoir » déchirants. On bannie de son vocabulaire le fait que l’on va s’ennuyer sans lui et qu’on est triste, même si c’est le cas. L’objectif ici est de penser au bien-être de son enfant et de mise sur les plaisirs qu’il va partager avec l’autre parent.

Il en est de même concernant vos nouvelles relations ou prises de becs avec votre ex-conjoint. L’intérêt ici est de ménager son enfant et de l’écarter de toutes ces situations de grandes personnes. Vos enfants ne sont pas vos confidents, ce sont vos enfants.

Conseil parent séparé n°8 : Soyez serviable

Même si vous êtes séparés, vous pouvez aider l’autre parent lorsqu’il se trouve dans une situation « inconfortable », dans la limite du raisonnable bien entendu. Mais, par exemple, lorsque votre ex-conjoint se retrouve coincé au travail et qu’il ne peut aller chercher l’enfant à l’école, allez-y.

Au final, l’enfant sentir une certaine complicité entre vous, ce qui aidera son développement. Il n’en sera que plus confiant et équilibré s’il constate que ses parents forment encore une équipe … même si c’est pour lui interdire certaines choses.

Pour en savoir plus sur la séparation et pouvoir l’expliquer simplement à ses enfants, voici 6 livres sur la séparation des parents.

Si vous avez d’autres conseils de parents séparés à nous faire partager, n’hésitez pas 🙂

0 5 Continue Reading →

Garder contact avec la famille des parents séparés, pourquoi ?

Il n’y a rien de plus important et réconfortant que la famille. Ce sentiment de bienveillance fort auquel tout le monde peut se raccrocher. Après un divorce ou une séparation, ces sentiments peuvent commencer à disparaître. Les parents séparés ou divorcés sont souvent confrontés à des problèmes pour maintenir une relation avec les deux côtés de la famille des parents séparés. Un divorce ou une séparation peut susciter beaucoup de tensions et de conflits entre les membres des deux familles.

Peu importe les sentiments que vous éprouvez pour l’autre famille du parent séparé, il est important de garder à l’esprit que si vous restez en contact avec eux, c’est dans l’intérêt de l’enfant.

Décider de poursuivre ou non une relation de proximité avec les familles des parents séparés, ça se décide.

Il n’y a pas de réponse définitive à la question de savoir si oui ou non vous devriez essayer de maintenir une relation avec les deux côtés de la famille. Avant de prendre une décision, il est important de faire un « état des lieux » de la situation. Vous devez d’abord chercher à percevoir votre propre situation dans son ensemble et tenir compte de tous les avantages par rapport aux inconvénients.

Garder contact avec la famille des parents séparés, pourquoi ?

Mais le plus important reste le point de vue de l’enfant. Mettez-vous à sa place :

  • Est-ce que l’enfant à une relation forte avec ses grands-parents, ses oncles et ses tantes de l’autre côté de la famille du parent séparé ?

  • Comment l’enfant réagirait si ses relations étaient entravées avec la famille du parent séparé ?

Si vous avez déterminé qu’il était dans l’intérêt de l’enfant de maintenir et développer ces relations, alors vous devez également déterminer si, oui ou non, vous êtes capable de maintenir ces relations vous-même.

Le maintien d’une relation avec les deux côtés de la famille des parents séparés peut devenir très compliqué. La séparation ou le divorce laisse presque toujours subsister des tensions venant des deux côtés de la famille. Cette situation peut exercer beaucoup de pression sur vous. Il est important pour vous de déterminer si ces complications rendront le maintien de ces relations trop difficile, ou si vous serez en mesure de gérer.

Il se peut que, dans certains cas, le maintien de cette relation et de cette proximité soit hors de question. Certaines familles ne disposent pas des liens très forts avec la famille de l’autre coparent où ne veulent pas faire l’effort d’entretenir ces relations. Si vous êtes, vous et l’enfant, forcés de maintenir une relation avec l’autre côté de la famille, celle-ci ne vous apportera pas le surplus de bien-être que vous en espériez.

Conseils pour maintenir une relation avec les deux côtés de la famille

Si vous et votre ex-conjoint pensez que le maintien de ces relations est très important pour l’enfant, certaines doivent s’inscrire dans une certaine régularité pour préserver des relations saines et solides.

  • Etablissez une certaine « routine » dans le contact avec la famille de votre ex-conjoint, notamment pour les jeunes enfants

  • Gardez une attitude positive dans les conversations liées à votre ex-conjoint et sa famille. Cela vous aidera, ainsi que votre enfant, à maintenir une relation saine avec eux.

  • Incluez la famille de l’autre parent dans l’organisation de journées spéciales liées à l’enfant (anniversaires, événements d’école, compétitions, etc.).

La communication claire et sincère est essentielle pour maintenir une relation avec les deux côtés de la famille. Cela peut être une tâche assez difficile et ardue par moment, mais la préservation de ces relations se révèle souvent très importante pour le bien-être de l’enfant.

0 0 Continue Reading →

Vous et votre ex-conjoint avez besoin de travailler ensemble pour le bien-être de l’enfant.

« Mais papa a dit que je pouvais ! » Conseils parentaux pour les parents séparés »

« J’ai demandé à maman et elle est déjà d’accord pour que je sorte avec mes amis ce soir. »

« Mais papa veut que je fasse mes devoirs avant de jouer à des jeux vidéo! »

Cela vous semble familier? L’autorité parentale de part et d’autre d’un ménage séparé peut être un véritable défi. Collaborer, malgré la séparation et les conflits, reste souvent un travail difficile pour les parents divorcés mais toujours un acte profitable aux enfants. A titre d’exemple, l’un des plus grands défis dans l’organisation des gardes partagées est celui des différences de styles dans l’exercice du rôle de parent, et en particulier quant à l’approche de la discipline.

Vous et votre ex-conjoint avez besoin de travailler ensemble pour le bien-être de son enfant

Fixer des limites et expliquer les conséquences est essentiel pour la santé et le développement de ses enfants. En effet pour se développer, les enfants doivent pouvoir identifier la structure, la cohérence et les limites de leur environnement. Fixer des limites est une aide précieuse pour les enfants afin qu’ils se sentent en sécurité. Cela contribue aussi à façonner l’esprit critique dont ils ont besoin pour réussir à l’école et dans la vie.

Mais qu’advient-il lorsque, ayant des parents séparés, les enfants apprennent différentes leçons sur les limites et les conséquences de leurs agissements ? Ceci va les placer dans la nécessité de gérer de véritables défis en puisant dans les derniers retranchements de ses parents et des proches.

« Est-ce que mon fils commence à préférer la maison de maman? »

« Est-ce qu’il apprend mieux à la maison que chez papa? »

Autant de questions qui traduisent alors les vulnérabilités des parents séparés et qui peuvent rapidement être la source d’une colère ou d’un ressentiment qui vont encore élargir le vide entre eux, ou les inciter à gagner la faveur des enfants par l’assouplissement des règles dans leur propre maison.

Cependant, avoir deux maisons, avec des adultes aimants et attentionnés, peut aussi ouvrir de nouveaux horizons à l’enfant. Voici quelques conseils pour assurer à l’enfant le vécu serein d’un cercle familial et l’aider à prospérer :

Essayer d’être sur la même longueur d’onde entre les parents séparés :

  • Mettre en place des réunions pour parler des attentes de chaque parent, les approches mais aussi les limites et les conséquences de chaque prise de décision. C’est une façon de travailler en accord malgré la séparation. Il est par ailleurs important de veiller à ce que ses réunions se mettent en place lorsque les conflits ne sont pas actifs.

  • Ne pas instaurer le principe de : « du gentil et du méchant » en croyant améliorer le développement de son enfant. Car à long terme, cette dynamique se traduit généralement par des enfants parfaitement capables d’obtenir ce qu’ils veulent de chacun des parents en dehors de la présence de l’autre.

  • Rappelez à son ex-conjoint que les réunions se tiennent pour le bien-être de l’enfant, et qu’elles ne constituent pas des faveurs accordées au parent dont on s’est séparé. Il est important de garder les besoins de l’enfant au centre de la conversation et de minimiser l’impact des conflits en cours entre parents.

  • Si aucun des parents séparés n’est en mesure d’avoir une conversation civilisée ou productive, il est possible d’envisager de faire appel à un médiateur extérieur. Une personne formée, apte à intégrer le développement de l’enfant et pouvant aider chacun des parents séparés :

    • A comprendre comment utiliser ses points forts pour aider l’enfant

    • A contribuer au mieux à l’épanouissement de l’enfant dans chacun des ménages.

  • Généralement, les parents séparés éprouvent des difficultés à se mettre d’accord sur tout, et il n’est pas possible d’anticiper tous les scénarii. L’important est de s’attaquer aux points et préoccupations principaux pour travailler sur des questions clés. Il est primordial de ne pas se battre sur des points insignifiants au regard du bien-être de l’enfant.

Aidez l’enfant à s’adapter à des règles différentes

  • Généralement, les parents séparés doivent encore plus veiller à trouver des terrains d’accord en ce qui concerne l’enfant. L’objectif ici est d’aider l’enfant à s’adapter aux différentes règles (scolaires, grands-parents, nounou, etc.).

  • Être capable de faire comprendre à l’enfant les différences entre les lieux de résidence des parents séparés et trouver des occupations adaptées de part et d’autre aux besoins de l’enfant. « Le dimanche, chez maman, Camille regarde la télé, mais chez papa, ce sont des activités à l’extérieur ? »

  • Éviter les luttes de pouvoir.

  • Ne jamais dénigrer ouvertement ou porter un jugement sur l’ensemble de règles de l’autre parent devant son enfant. « Je sais que votre mère vous permet de rester plus tard et nous vous aimons tous les deux, mais nous ne le faisons différemment. Dans cette maison, l’heure du coucher est 20h. « 

  • Être patient et cohérent vis-à-vis de l’enfant afin qu’il découvre et s’adapte à des règles qui sont différentes chez chacun des parents. Plus cohérent vous serez, plus vite l’enfant comprendra que dans chacune des maisons, les règles sont différentes.

  • Créer des « routines familiales », ces petits comportements prévisibles qui aident l’enfant à comprendre et pratiquer les règles. Par exemple, au lieu de la lutter contre les téléphones portables de ses filles à tous les repas, mettez-les dans un panier avec le vôtre avant de commencer le repas et proposez plutôt de discuter.

Les bonnes pratiques avec les enfants.

  • Tous les enfants, que leurs parents soient divorcés ou non, vont pousser les limites au maximum. Voilà leur jeu! Mais il n’en demeure pas moins qu’il est de votre devoir de définir ces limites.

  • Si le divorce est nouveau, l’enfant est encore plus enclin à vouloir tester les limites et à jouer avec vos émotions. Il faut néanmoins veiller à faire de son mieux pour rester calme, cohérent et reconnaître les comportements positifs que peut avoir l’enfant. Il est important de passez du temps avec lui et de le réconforter. Si l’enfant est plus âgé, il faudra trouver des façons plus créatives de rester connecté.

  • Être ferme et cohérent ne signifie pas être autoritaire et déraisonnable. Écoutez les sentiments et les opinions de l’enfant. Participez à la négociation lorsque celle-ci semble logique et correctement formulée.

  • Préservez les règles que vous avez définies, tout en veillant à ce qu’elles ne viennent pas interférer dans celles de l’autre parent.

  • Nous faisons tous des erreurs. Soyez prêt à présenter des excuses à l’enfant si vous avez dit en face de lui quelque chose que vous regretterez ou qui est en contradiction avec vos règles.

  • Obtenez de l’aide et parler à d’autres parents. Les amis et la famille sont autant de points d’appuis à propos des défis et des frustrations que vous rencontrez. Ainsi, il sera moins probable que ces sentiments émergents en face de vos enfants.

  • Céder à vos enfants pour gagner leur amour ou essayer d’être leur ami pendant une période de transition est susceptible de se retourner contre vous. Les enfants se sentent plus en sécurité lorsque vous êtes le parent et que vous vous positionnez en tant que tel.

N’oublions jamais que l’intérêt des enfants doit nous aider à rendre fertile la citation de Sacha GUITRY « Un moment nous avons vécu côte à côte. Plus tard nous fûmes dos à dos. À présent nous voilà face à face »

0 0 Continue Reading →

4 façons d’assurer le succès, à longue distance, de la co-parentalité.

Dans un monde idéal, après une séparation ou un divorce, les deux parents d’une famille chercheraient à rester peu éloignés en voiture d’une maison à une autre. Mais les enfants vivent en des temps difficiles, car les parents séparés déménagent, généralement, loin. Et pour un enfant, perdre sa maman ou son papa peut-être une situation difficile. Toutefois, les changements dans la vie ne permettent pas toujours aux parents séparés de rester sur place. Si vous et votre ex-conjoint avez une entente de garde partagée, et que l’un de vous doive déménager dans un autre département ou un autre pays, il existe des moyens pour faire fonctionner cette garde partagée.

4 façons d'assurer le succès, à longue distance, de la co-parentalité

Créer d’une planification et s’y tenir

Etablir un calendrier solide de temps des visites est une bonne première étape. Les enfants apprennent à faire confiance à leurs parents dès leur plus jeune âge, et les parents doivent les aider à maintenir cette confiance en veillant à conserver des relations régulières. Vous ne pouvez pas toujours être en mesure d’être physiquement avec vos enfants à chaque match de football ou à chaque cours de danse, mais vous pouvez garder un horaire de communication constant et en faire une priorité.

Prenez des notes dans votre calendrier, en ce qui concerne les activités parascolaires et les étapes dans la vie de vos enfants. Quand vous parlez avec eux, montrez de l’intérêt à propos de ces événements. Les jeunes enfants ne disposent pas d’une véritable emprise sur le temps mais ils ne sont pas dénués de mémoire, ils savent très bien lorsque vous n’êtes pas là malgré vos dires. Veillez à les informer immédiatement en cas de problème, et faites-leur savoir combien de temps s’écoulera jusqu’à ce que vous puissiez de nouveau être à leur côté. Si vos enfants savent que vous leurs avez réservé du temps chaque semaine, et que vous tenez toujours vos promesses quand vous dites que vous serez là, ils seront plus enclin à vous faire confiance et à vous considérer comme le référent d’une partie de leur vie.

Si vous êtes le parent avec qui ils vivent la plupart du temps, faites de votre mieux pour être favorable au contact avec l’autre parent. Encouragez vos enfants à appeler le parent le plus éloigné, et travailler à maintenir les liens de communication entre eux. Chacun des outils mis à disposition sur Family-Facility permettent aux parents séparés de les accompagner pour tout cela. Si l’autre parent doit annuler une visite prévue, aider à soulager vos enfants de cette déception en les réconfortant. Essayez de trouver l’occasion d’un nouveau moment, et permettez à vos enfants d’être disponibles quand vous savez qu’ils vont voir ou parler avec l’autre parent.

Profitez de la technologie

Les parents séparés par une longue distance d’aujourd’hui ont un gros avantage sur les générations passées en raison d’une multitude d’innovations dans la technologie qui facilitent la communication. Mettre en place un compte « Skype » et l’utiliser régulièrement pour les discutions avec ses enfants, ou même de lire des histoires au coucher est possible. Les enfants plus âgés qui ont des smartphones peuvent les utiliser pour des discussions vidéo, des messages texte. Les familles peuvent facilement profiter du stockage d’informations pour échanger sur ces dernières, pour vérifier les devoirs des enfants, ou discuter de projets, etc.

Ce ne sont que quelques-unes des petites façons dont vous pouvez rester dans leur vie au jour le jour, même de loin.

Échanger des petits cadeaux quand vous le pouvez

Comme tout parent le sait, les meilleurs cadeaux à donner sont ceux que nous faisons à nos enfants. Offrez de temps en temps à vos enfants le plaisir de recevoir une petite lettre, un montage vidéo, des dessins… Pensez aussi à leur proposer d’écrire des lettres et des dessins à envoyer au parent le plus éloigné. Pour des cadeaux de ce type, pas besoin de dépenser beaucoup d’argents, faites parler votre créativité et celle de vos enfants. Le bénéfice en sera toujours que vos enfants sauront que vous pensez à eux souvent.

Échanger des petits cadeaux quand vous le pouvez

Examiner les modalités dans la co-parentalité

Généralement, il est facile de s’accorder sur le mode de garde alternée lorsque les parents séparés sont proches l’un de l’autre. Toutefois, pour les parents qui vivent éloignés à travers le pays, le scénario est tout autre. Cependant, vous pouvez vous accorder sur des périodes plus précisent qui permettent d’arranger tous le monde comme les vacances, les grands weekend, etc. Le parent qui n’a pas la garde principale pourrait ainsi prendre des dispositions lui permettant passer plusieurs semaines auprès de ses enfants. Il est important à noter, que l’âge des enfants influence beaucoup ces décisions, plus l’enfant deviendra âgé, plus il faudra s’adapter à ses désirs. Maintenir quelques éléments de structure et de normalité est important, il est donc possible pour un des parents séparés de s’arranger pour passer quelques temps dans la ville ou l’enfant réside ordinairement.

Chacune des organisations doit être évaluée au cas par cas. Chaque enfant est différent, et les deux parents séparés doivent travailler ensemble pour répondre aux besoins de leur enfant. Être ouvert à des arrangements de garde uniques permet plus de possibilités pour trouver quelque chose qui fonctionne au regard de toutes les parties concernées.

Malgré la distance, les deux parents doivent faire de leur mieux pour rester au mieux en contact avec le développement de la vie de leurs enfants. Les enfants avec les figures parentales fortes dans leurs vies disposent de bien meilleurs atouts pour évoluer. Garder une communication simple et des visites bien cadrées sont donc des clés majeures du succès parental à longue distance.

 

0 0 Continue Reading →

La bonne éducation pour une coparentalité réussie !

L’éducation coparentale est devenue une préoccupation pour les parents qui passent par un divorce ou une séparation. L’éducation sur le divorce ou la séparation peut aider les parents à faire face aux difficultés émotionnelles, financières, juridiques, etc. que le divorce peut causer. L’éducation dans ces domaines aide les parents à mieux comprendre comment leur nouvelle relation va fonctionner et comment cette dernière va affecter la vie de leur enfant.

La bonne éducation pour une co-parentalité réussie

Une des réflexions assez communes, lors des séparations, à propos la coparentalité réside dans l’idée de développer la nouvelle relation coparentale sur le modèle de celle au sein d’une petite « fabrique ». En veillant à ce qu’elle soit basée sur le respect mutuel et le partage de l’information, tout cela afin qu’un bagage émotionnel ne vienne interférer de façon trop douloureuse. Cependant il est intéressant de noter que tout ce qui va vous permettre de gérer plus facilement, et avec plus de « distance » émotionnelle, l’univers de l’enfant au travers des calendriers et des dépenses, vous mettra en mesure de réduire la quantité de stress causé par la séparation. Cela vous permettra aussi de rester plus ouvert(e) à la communication pour préserver au mieux les relations coparentales dans l’intérêt des enfants.

Le site de Family-Facility fournit un modèle facile à utiliser pour la création de cette « fabrique ». Le site propose aux parents séparés la possibilité de partager des calendriers, des messages, des revues, des dossiers médicaux, des informations sur l’école, les photos, les dépenses et beaucoup plus. Le grand nombre d’outils mis à votre disposition des parents séparés sur Family-Facility permet de définir des règles de jeu simples et claires. On ne dira jamais assez combien la communication et l’organisation sont des éléments clés de la coparentalité et de l’éducation de l’enfant après une séparation.

Vous permettre de gérer simplement toutes les informations importantes autour de l’enfant, tant dans la vie privée (au sein du domicile) que publique (école, activités sportives, etc.), les changements d’horaires et bien d’autres choses, est un excellent moyen de vous faire gagner du temps et même de l’argent tant d’un point de vue familial que juridique.

0 0 Continue Reading →

Coopération, la co-parentalilé peut conduire à une année scolaire réussie pour l’enfant.

Retour à l’école : une année scolaire réussie en gardant les deux parents impliqués

Le succès de l’enfant dans son année scolaire est une préoccupation majeure pour tous les parents. Avec le début de chaque année scolaire, les parents et les enfants sont confrontés à de nouveaux défis, et ce aussi bien pour ce qui se passe à l’intérieur qu’à l’extérieur de la salle de classe. À travers les rencontres avec des enseignants et des camarades de classe, l’adaptation à une nouvelle « routine » de la journée, et la réalisation des devoirs tous les soirs, les enfants sont soumis à de nombreuses situations qui leur indiquent que l’été tire à sa fin. De nombreux parents éprouvent le stress de retrouver cette période de transition, mais les parents divorcés ou séparés peuvent trouver cette période de l’année encore plus difficile à aborder. Une grande partie de cette anxiété découle de l’appréhension des difficultés de chacun à maintenir une implication réelle et équilibrée, mais ils oublient trop souvent qu’en prenant l’initiative de planifier cela à l’avance, ils seront plus en mesure de rester dans la boucle.

Garder les parents séparés impliqués dans la vie scolaire de l'enfant l'amènera à une année scolaire réussie.

Garder les deux parents impliqués au cours du retour à l’école, et tout au long de l’année scolaire, est utile au soutien et à la réussite de l’enfant à l’école. Avant la rentrée scolaire, les parents peuvent s’organiser avec un calendrier de projet pour l’année. Beaucoup d’enseignants ou d’écoles peuvent poster leurs plannings standards en ligne. Cette méthode va donc vous permettre d’interagir avec ces personnels, en tenant compte de leurs horaires de travail, et ce afin d’obtenir un aperçu de ce à quoi l’année scolaire va ressembler. Il sera dès lors possible de déterminer les horaires clefs pour la semaine, des week-ends et des différentes activités liées à l’enfant.

Pour garder les deux parents impliqués sur l’année scolaire de leur enfant, il est important d’organiser le planning et de le maintenir dans chacun des foyers co-parentaux. Autre point important, il est judicieux de tenir l’école informée de cette organisation co-parentale pour le bien-être de l’enfant. Le divorce ou la séparation peut être très difficile pour les enfants, ce qui peut les amener à créer des problèmes en salle de classe. Dans la mesure du possible, veiller à planifier un temps de rencontre entre les parents séparés et l’enseignant (ou le conseiller scolaire) de l’enfant pour faire savoir à ces acteurs du monde éducatif ce qui se passe à la maison.

Expliquer la situation peut aider l’enseignant à être plus sensible à toute conduite inadaptée de la part de l’enfant ou à d’autres questions en salle de classe. Les enfants vont passer la majorité de leur temps à l’école, face à des enseignants qui dans leur immense majorité se soucient du bien-être de leurs élèves et souhaitent donc être tenus au courant de ce qui les affecte.

La co-parentalilé peut conduire à une année scolaire réussie pour l'enfant

Par ailleurs, garder les deux parents impliqués dans la vie scolaire de l’enfant, va favoriser l’apprentissage de ce dernier et renforcer son désir d’aller en classe. Les parents montrant de l’enthousiasme à l’approche d’une nouvelle année scolaire auront un effet positif sur les enfants, et les aideront à s’impliquer dans la poursuite de leurs scolarités. En tant que parents, garder un lien de communication au jour le jour pour la scolarité de l’enfant et ses devoirs du soir, va permettre à chacun de se tenir informé de l’évolution de ses apprentissages.

Lorsque l’année est déjà bien entamée, vous pouvez organiser et commencer à planifier les futurs calendriers en ligne de vos enfants avec Family-Facility. Organisez vos plannings et insérez votre calendrier de garde sur notre plateforme Family-Facility, de sorte de toujours savoir où vous devez être. Pensez aussi à diffuser les horaires scolaires hebdomadaires et la documentation de votre enfant ainsi que les professeurs à contacter.

Pour conclure, on retiendra simplement que garder les deux parents impliqués dans les besoins éducatifs de l’enfant, va leur permettre de devenir de réels promoteurs des conditions favorables au vécu d’une bonne scolarité par l’enfant.

0 0 Continue Reading →

Garde partagée : conseils pour partager la garde de vos enfants.

Vos enfants devraient revêtir un caractère prioritaire.

Voici quelques conseils pour la co-parentalité:

  • Concentrez-vous sur l’intérêt vos enfants : Rappelez-vous que la raison pour laquelle vous devez faire face à l’autre coparent est toujours en partie un facteur de bien-être de vos enfants. Aussi difficile que cela ait pu être, l’autre coparent était toujours un élément de l’équilibre de la relation à votre enfant.

  • Apprendre d’autres coparents est la clé du succès : Trouver des personnes qui ont vécu la même situation et qui soit capable de parler paisiblement de cette expérience. Echangez avec eux, apprenez d’eux, utilisez-les comme des points de repère. Il est parfois plus facile d’entendre d’autres histoires, afin d’initier une réflexion qui nous rendra plus capable d’apprendre de ses erreurs, ce qui ne peut être que bénéfique pour l’enfant.

  • Ne mettez pas l’enfant au centre du conflit : Les enfants ont assez de stress à gérer. Parfois, de simples petites phrases comme « demandent donc à ta mère » ou « dites-le à votre père » peuvent mettre l’enfant en situation difficile.

  • Restez poli et aimable : Essayez d’être attentif à l’autre parent et conscient de l’autre parent, cela permettra souvent au fil du temps, de pouvoir changer la dynamique de votre relation de co-parentalité.

  • Trouvez un forum : Il peut fonctionner différemment pour chaque famille, mais il est important d’avoir des lignes de communication ouvertes. Family-Facility est une solution pour améliorer la communication et pour diffuser de l’information au sein des couples séparés.

Garde partagée, conseils pour partager la garde de vos enfants

Conseils pour vous:

  • Restez actif physiquement : Des études ont montré les avantages mentaux qu’il y a à rester actif physiquement, tels que la diminution des niveaux de dépression et une augmentation du niveau d’énergie globale.

  • Mangez sainement : Si vous êtes ce que vous manger, donnez-vous le pouvoir de passer la journée en mangeant des aliments sains sur une base régulière.

  • Trouvez une « éponge » émotionnelle : Il est important de ne pas utiliser l’enfant comme déversoir de vos frustrations. Veiller à trouver un objet, un lieu, ou un comparse approprié pour évacuer et parler (vos nouveaux amis ou encore un thérapeute). La dernière chose que l’enfant a besoin est un surcroît de stress.

  • Reprenez contact avec vous-même : Parfois, après avoir été dans la « routine » d’une relation depuis longtemps, vous pouvez avoir tendance à perdre le recul nécessaire sur ce que vous avez aimé. Demandez-vous ce que vous aimiez faire avant votre relation et voyez comment cela s’inscrit dans votre vie aujourd’hui. Peut-être n’est-ce plus tout ce que vous admettez pouvoir atteindre de façon réaliste aujourd’hui, mais cela ne signifie pas que tout est perdu.

  • Restez organisé : Il est facile d’oublier où vous mettez les choses, ce que vous devez faire, etc. Pour réduire votre niveau de stress, organisez votre gestion du temps en vous fixant vos priorités, pensez à l’organisation d’un calendrier en ligne, des messages et/ou rappels importants, des dépenses, et d’autres informations vitales. L’utilisation d’un outil tel que le site de Family-Facility vous permettra de rester organisé  simplement en tenant compte de toutes les interactions avec l’autre coparent, grâce au stockage et au partage des informations dans un emplacement sûr, facilement accessible.

0 0 Continue Reading →